La question de la pharmacie préoccupe les professionnels

0
84

Le ministère de la santé publique et ses partenaires sont en réflexion depuis hier 16 avril 2019 sur la problématique de médicaments. Une rencontre au cours de laquelle les professionnels et techniciens de pharmacie vont dépeigner les maux qui minent le secteur de la pharmacie au Tchad.

La question de médicaments, de l’accès aux médicaments et leur est un problème réel de la santé humaine et animale d’où la tenue de cette réflexion pour examiner au fond sur les maux qui freinent le développement  du secteur de pharmacie afin d’améliorer la situation au Tchad.

Publicité Inet

« A un moment où les questions liées aux médicaments suscitent des réflexions et des débats tout aussi passionnants à l’échelle planétaire, la tenue de ces assises nationales sur les médicaments est opportune à maints égards », a souligné le ministre de la santé publique, Aziz Mahamat Saleh.

Au Tchad le secteur de la pharmacie est marqué plusieurs maux tels que le manque d’autonomie et la faiblesse du pouvoir de police sanitaire pharmaceutique, l’insuffisance d’un cadre législatif et/ou réglementaire adéquat pour les essais cliniques thérapeutique… C’est le représentant de l’OMS, Dr Jean-Bosco NDIHUKWOUBAYO a souligné que pour résoudre cette problématique du médicament au Tchad, « il faut penser à partir des différents rapports d’expertise déjà disponible et des documents de stratégie élaborés ». Il a ajouté que le développement du capital humain de ce secteur pharmaceutique, l’amélioration de la gouvernance, la consolidation et le renforcement du cadre juridique du médicament pour la lutte contre les produits médicaux de qualité inférieure appelés QIF, sont des pistes de solution pour rendre le secteur de pharmacie sain.

A l’issue de ces assises, une feuille de route sera élaboré afin de contribuer au bien être des usagers à travers un médicament de qualité, accessible et à un prix raisonnable, rassure le ministre de la santé publique, Aziz Mahamat Saleh.

 

 

Toumai

Leave a Reply