TCHAD : L’INTEGRATION DE LA SANTE DE REPRODUCTION DANS LES CURRICULA NATIONAUX

0
367
????????????????????????????????????

Dans le souci d’enseigner et faire enseigner la santé de reproduction sur toute l’étendu du territoire, l’association tchadienne pour le bien-être familial ASTBEF  a tenu un dialogue avec ses collaborateurs, le ministère de l’action social, de l’éducation nationale, du plan, la coordination des jeunes du Tchad ainsi que les réseaux et associations des personnes vivant avec le VIH et le parlement d’enfant ce mercredi 08 novembre sur les questions liée à l’éducation en santé dans les établissement scolaires.

Depuis vingt ans, l’ASTBEF se préoccupe toujours de la santé des jeunes de 10 à 24 ans qui mènent des activités d’information-éducation-communication et la prise en charge des groupes vulnérables. L’intégration de la santé de reproduction dans les curricula nationaux intervient au moment où la jeunesse tchadienne perd de repère et la déviance devient une mode de vie. Cette introduction peut déjà aider les enseignants, apprenants et parents à plus de responsabilité.

Publicité Inet

Selon la directrice de l’ASTBEF, Dr Mogodé Judith « cette rentre vise à amener les jeunes à connaitre la santé de la reproduction et leur apprendre les éducations sexuelles complètes dans les curricula nationaux car il est important d’instaurer la santé de reproduction dans l’éducation tchadienne ».

Réfléchir sur les défis de la santé de reproduction des jeunes freinera la précocité des relations sexuelles en milieu jeune, des pariages et grossesses, la transmission des IST et VIH, l’influence des TIC et d’autres phénomènes liés à cette question.

Pourquoi ce revirement de la jeunesse dans cette pratique peu orthodoxe ? Dans un premier temps faut souligner le manque des structures d’encadrement en matière de la santé en général, secondo le poids de tradition le tabou à parler ou aborder question de la sexualité avec les enfants.

L’ère des Tic est un grand danger pour la jeunesse si des engagements ne sont pris pour aller à l’encontre, la jeunesse tracera son propre chemin et ainsi elle sera exposée aux dangers que présentent les tic en général. C’est la le choix qui a conduit les décideurs éducatifs et l’ASTBEF à cheminer pour que l’enseignement de la santé de reproduction soit la première arme de cette lutte.

Cette rencontre marque la  première étape  d’une série d’échange entre  l’ASTBEF et les autres acteurs notamment les départements ministériels ainsi que la société civile.  Il s’agira  d’aborder avec professionnalisme et lucidité les questions de santé de la reproduction en milieu jeune car la jeunesse est la seule énergie pour tout développement.

Toumai

Leave a Reply